Tout au long de sa carrière, Charles Aznavour n’a pas cessé de chanter Paris. J’aime Paris au mois de mai, J’ai vu Paris, Gosse de Paris, Paris au Mois d’Août, Les nuits de Montmartre… sont autant de chansons où l’artiste rend hommage à la ville qui l’a vu naitre. De nombreux lieux de la capitale sont imprégnés du souvenir du poète aujourd’hui disparu. Certains sont si emblématiques, qu’on pourrait presque y apercevoir l’ombre du chanteur. Vous vous demandez lesquels ? Alors suivez-moi et promenons-nous ensemble dans le Paris de Charles Aznavour.

 

  • Direction la rue Sarasate 

D’emblée, cette minuscule rue du XVème arrondissement de Paris ne vous évoque peut-être rien. Et pourtant, vous la connaissez. Rappelez-vous les paroles de cette chanson mythique de Charles Aznavour, « Comme ils disent » :

J’habite seul avec maman / Dans un très vieil appartement / Rue Sarasate / J’ai pour me tenir compagnie / Une tortue, deux canaris / Et une chatte

 Cette rue, qui emprunte son nom au violoniste Espagnol du XIXe siècle Pablo de Sarasate, n’a rien à voir pourtant avec le chanteur. En vérité, c’est à peine s’il y a mis les pieds ! Charles Aznavour l’a choisie uniquement pour la rime. Un jour, alors qu’il butait sur les paroles de sa chanson, il ouvre un plan de Paris et tombe sur cette rue dont le nom finit en « ate ». La rime était toute trouvée. Voilà comment cette petite rue anonyme est sortie de l’ombre.

rue_sarasate

Rue Sarasate 75015 Paris

 

  • Déambulations dans Montmartre et halte à la Maison Rose

Dans plusieurs de ses chansons, Charles Aznavour évoque avec poésie un quartier mythique de la capitale : Montmartre. “La France sans Paris serait un corps sans âme, mais Paris sans Montmartre serait un cœur sans joie“, chante-il. Il suffit de se promener place du Tertre pour entendre résonner au loin ces notes de son célébrissime titre La Bohème :

Montmartre en ce temps-là/ Accrochait ses lilas/ Jusque sous nos fenêtres…

En effet, dans cette chanson, l’auteur raconte l’histoire d’un peintre qui se souvient avec nostalgie de sa jeunesse passée sur les hauteurs de Montmartre. Il faut dire que Charles Aznavour connaît bien la Butte, il y a lui-même longtemps vécu. Il avait pour habitude de s’attabler à la Maison Rose où il confesse avoir pris quelques bonnes cuites entre copains ! Cette maison emblématique de Montmartre existe encore. Lorsque vous vous y promènerez, fredonnez ces paroles du morceau éponyme qu’il lui a consacré :

Nous y avions un coin de chute/ Accroché à un coin de rue/ On l’appelait la maison rose/ Rose bonbon décolorée/ Comme une maison de poupée 

maisonrose

La Maison Rose, 2 Rue de l’Abreuvoir 75018 Paris

 

  • Pause gourmande au Petit Pergolèse

Il n’est pas rare de croiser des célébrités dans ce restaurant confidentiel du XVIème arrondissement de Paris à deux pas de Porte Maillot. Charles Aznavour faisait partie des habitués de la maison. Sur les mûrs, les nombreuses photos du chanteur au côté du patron côtoient des œuvres contemporaines d’Andy Wharol à Jeff Koons, qui font toute l’originalité du lieu. Dans ce restaurant, le souvenir de Charles Aznavour se poursuit aussi dans l’assiette.  Au menu, le « filet de bar poêlé, purée de pommes de terre à l’huile d’olive de Charles Aznavour» rend hommage à l’artiste.

Car lorsqu’il ne chantait pas, Charles Aznavour se transformait en oléiculteur. Depuis son domaine à Mouriès dans les Bouches-du-Rhône, il produisait sa propre huile d’olive! Un nectar réservé à une poignée de tables, dont celle de l’Elysée et du Petit Pergolèse. N’est-ce pas formi- formidable ?

 

pergolese

Le Petit Pergolèse, 38 Rue Pergolèse 75016 Paris

 

  • Virée à l’Olympia

 Quelle star française n’a jamais rêvé de fouler la scène de l’Olympia et voir son nom apparaître en lettre rouge sur la façade de cette salle mythique ? En effet, dans la carrière d’un artiste, l’Olympia est un passage obligé.

Et si Charles Aznavour a chanté sur toutes les scènes de France, indéniablement l’Olympia a été sa scène fétiche. Et pour cause ! Il s’y produira 22 fois ! D’abord en première partie de Sydney Bechet en 1955. Les débuts sont difficiles, Aznavour court le cachet. Il faudra attendre un concert à l’Alhambra un soir de décembre 1960 que pour l’artiste soit enfin reconnu du public. Le chanteur est propulsé en tête d’affiche. C’est la consécration. Il entre dès lors à l’Olympia par la grande porte.

Olympia, 28 Boulevard des Capucines, 75009 Paris

 

  • Fin du circuit à la Maison de l’Arménie 

Nous ne pourrions terminer cette promenade « aznavourienne » sans passer par l’Arménie, ce pays si cher à Charles. Ses parents tous deux d’origine arménienne,  fuient la Turquie en 1917 et s’installent en France. Huit ans plus tard nait à Paris le petit Shahnourh Varinag Aznavourian alias Charles Aznavour. Les liens qui unissent le chanteur à la terre des aïeuls resteront toujours très forts. Son morceau « Pour toi Armélie » est un hymne d’espoir bouleversant qu’il dédie à ce pays suite au violent séisme qui le secoue en 1988.

Pour se rendre en Arménie, nul besoin de traverser la Mer Noire ! Rendez-vous au numéro 17 rue Bleue à Paris. Direction la Maison de l’Arménie. Ce petit trésor caché du 9ème arrondissement mérite absolument le détour ! D’abord parce que le trouver sera pour les non-initiés, un vrai jeu de piste. Ensuite parce que l’endroit est authentique: une cuisine traditionnelle et sans chichi qui nous transporte à mille lieux de Paris.

 

maison_armenie

Maison de l’Arménie, 17 Rue Bleue 75009 Paris  (Crédit: 716 La vie)

 

La maire de Paris a proposé de donner le nom de Charles Aznavour à un lieu de la capitale. Lequel choisiriez-vous ?

 

Cet article t’a plu ? Découvre tous ces lieux dans l’application Mappiness  et reçois des notifications à proximité (disponible sur smartphones Android et très bientôt sur iPhone). Découvre ainsi l’histoire de la légendaire salle de l’Olympia, pourquoi de la Maison Rose est rose ou encore comment te rendre à la Maison de l’Arménie…

 

Share: