Jean Jaurès a été assassiné ici, en pleine salle, au Café du Croissant! Le 31 juillet 1914, il est attablé dans ce bistrot (aujourd’hui baptisé Taverne du Croissant), où il travaille sur son futur article. La France vit dans la peur d’une guerre avec l’Allemagne et Jaurès veut calmer les esprits. Mais pour certains, c’est un traître à la solde de l’ennemi. Il est 21h40 lorsque Raoul Villain, un jeune nationaliste déséquilibré, tire sur le journaliste d’une balle en pleine tête. Jaurès s’effondre et meurt instantanément d’une hémorragie cérébrale. “Ils ont tué Jaurès !”

Si Raoul Vilain, le meurtrier, est aussitôt arrêté et enfermé, suite à son procès, il sera acquitté après la guerre ! Comble, c’est Madame Jaurès qui devra payer les frais de justice! Nous sommes en 1919, la France victorieuse juge que le crime de Jaurès est un acte patriotique. Aujourd’hui, une mosaïque au sol, rouge et or, nous rapelle cette date symbolique. Sur la façade extérieure, une plaque commémorative a été apposée et les unes du quotidien l’Humatité (fondé par Jaurès lui-même) du 31 juillet et 1er août 1914 , trônent dans la vitrine.

Share: