Tour Jean sans Peur

A la sortie du métro Etienne Marcel, se dresse une tour médiévale dont beaucoup de Parisiens ignorent l’existence. Cette tour est tout ce qui reste du palais du duc de Bourgogne, surnommé Jean Sans Peur. Son histoire est d’autant plus étonnante qu’elle se mêle à celle de la Guerre 100 ans et au conflit opposant les Armagnacs et les Bourguignons! Vous verrez, c’est passionnant!


La bataille pour le pouvoir 

Tout d’abord, le contexte! A cette époque, le roi Charles VI dit « le Fou » (1368-1422) est au pouvoir. Du moins en apparence, car ses crises de démence l’empêche de régner. C’est donc son frère, le duc d’Orléans (clan des Armagnacs) et son oncle, le duc de Bourgogne (clans des Bourguignons) qui se disputent le pouvoir. A la mort du duc de Bourgogne, son fils, qui n’est autre que Jean Sans Peur, se heurte à la rivalité de son cousin, le duc d’Orléans. Jean Sans Peur, qui n’a pas froid aux yeux, décide de le faire assassiner un soir de novembre 1407. Vous me suivez jusque là?!

Armagnacs et Bourguignons

                                                                                  Petits meurtres entre familles


Une forteresse pour déjouer l’assaillant

Après cet évènement cataclysmique qui marque le début de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, Jean Sans Peur a des raisons de craindre des représailles! Il vit dans la peur constante d’être assassiné ! C’est pourquoi, il fait construire en 1409, une haute tour fortifiée de 27 mètres au centre de sa résidence. Cette fameuse tour encore visible depuis la rue Etienne Marcel! C’est la plus haute tour civile de Paris à l’époque. Jean Sans Peur veut ainsi montrer sa puissance et impressionner ses visiteurs. L’intérieur est truffé d’inventions pour tromper l’ennemi. Malin, le Duc loge ses serviteurs dans une chambre qui est la réplique exacte de la sienne! Le donjon aura rempli sa fonction: Jean Sans Peur ne sera pas assassiné chez lui… mais en dehors !


La mort de Jean Sans Peur

Ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid? Douze ans plus tard, Jean sans Peur se rend au rendez-vous fixé par Charles VII, le fils du roi, afin de sceller une alliance sur le pont de Montereau (en Seine et Marne). Pourtant de nature méfiante, il est loin d’imaginer que son petit neveu de 16 ans veut l’attirer dans un guet-apens! Et puis la parole d’un futur roi vaut quand même quelque chose, se dit-il! Alors qu’il s’agenouille avec respect devant le Dauphin, en se relevant, il a le réflexe de poser la main sur son épée pour la remettre en place. Un geste qu’attendait l’entourage du Dauphin (les Armagnacs, vous vous souvenez?) pour prétexter une tentative d’assassinat contre le futur roi… Sans plus attendre, on lui assène un énorme coup de hache à la tête. Jean Sans Peur s’est fait avoir comme un enfant!

La satisfaction des Armagnacs sera de courte durée! L’assassinat de Jean Sans Peur laisse le champs libre à Henry V d’Angleterre. Conséquence: la couronne bascule dans le camp Anglais et la guerre de Cent Ans n’est pas prête de s’achever!!!!

Share: