centre pompidou
Véritable ovni au coeur du Marais depuis 1977, le Centre Pompidou a une architecture très atypique. Il est reconnaissable à ses couleurs primaires vives et ses énormes canalisations extérieures. D’où le surnom que lui ont laissé ses détracteurs: « Notre-Dame-des-Tuyaux »! D’ailleurs ne trouvez-vous que son architecture présente des faux airs de raffinerie de pétrole? Observez donc la façade qui donne sur la rue Beaubourg…

 


Pourquoi le Centre Pompidou ressemble a une raffinerie

En 1969, le Président Georges Pompidou décide d’affecter le plateau Beaubourg à la construction d’un centre culturel pluridisciplinaire. Un concours est lancé, auquel participent 681 architectes. Seul un projet est retenu! Celui des architectes Renzo Piano et Richard Rogers. Ils ont le parti pris original d’extérioriser le ventre du bâtiment, habituellement caché: toute la structure portante ainsi que les canalisations sont rejetées à l’extérieur du bâtiment. L’édifice est comme retourné! Ceci permet de libérer de l’espace intérieur pour les activités et rendre l’aménagement plus souple et modifiable.

 


Une explosion de couleurs

Ce qui frappe au premier abord, c’est la palette de couleurs vives qui habille le bâtiment. On aurait dit un gros jouet posé sur la ville! Mais ne vous y méprenez pas, chaque couleur a une signification bien précise:

  • bleu pour l’air conditionné
  • vert pour le circuit d’eau
  • jaune pour l’électricité,
  • rouge pour la circulation, c’est-à-dire les escaliers, ascenseurs ou monte-charge
  • blanc pour les tours de refroidissement

 


Un audace architectural

Cet audace architectural correspond à la volonté du Président Pompidou de rompre avec l’image élitiste des musées et de créer une institution culturelle originale en plein Paris. Au début très controversé, le bâtiment affiche aujourd’hui d’emblée son non-conformisme. Le caractère novateur, voire révolutionnaire du bâtiment, élève le Centre Pompidou au rang des architectures les plus symboliques de la fin du 20e siècle. C’est devenu un véritable emblème de l’art contemporain!

Share: